Les aspirations des jeunes africains, libre entreprise et nouvelles technologies

La fondation de la famille Ichikowitz a menée une enquête sur les aspirations de la jeunesse de 14 pays africains. Elle a donné lieu à une publication extrêmement intéressante sur leurs motivations et leur état d'esprit vis à vis de l'avenir, très éloigné de ce que l'on pourrait en penser 



Cette enquête souligne que la majorité des jeunes interrogés considère l'accès à et l'usage de Internet et du Wifi comme un droit fondamental. Elle souligne également que 75% de ceux ci souhaitent créer leur propre entreprise dans les cinq prochaines années.  

Le binôme « jeunes / technologies mobiles » apparaît donc bien comme un puissant vecteur de développement de l’Afrique.  Mais est ce une nouveauté? 

C'est par contre une raison de plus pour que G&A mise sur ces technologies afin de promouvoir l’usage et les applications de l’EO... La plupart des capitales des pays africains sont maintenant desservies par un 4G à bien des égards égal à celui que l'on trouve en Europe. Il se déploie au delà des villes et des solutions innovantes pourraient bientôt en booster le déploiement et l'usage dans les campagnes et dans les secteurs économiques. Des 12 projets financés par G&A en Afrique, au moins 4 d'entres eux ont parié sur ces technologies et ont fait développer des applications mobiles correspondantes par de jeunes entrepreneurs. 

D'autre part, c'est également une justification a posteriori de la décision par l'AUC d'héberger le programme dans le département des ressources humaines, de la science et technologies de la Commission de l'Union Africaine (HRST). Redécouvrez à cet égard le message délivrée par la Commissaire HRST lors du Web live organisé par G&A-Mercator Ocean International et La Tribune Afrique. 


Les points à retenir du document

La base du sondage
L'« African Youth Survey 2020 », est le résultat d'entretiens menés auprès de 4 200 jeunes femmes et hommes (18-24 ans) rencontrés dans les principaux centres urbains de 14 pays d'Afrique subsaharienne (Afrique du Sud, Congo, Ethiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Malawi, Mali, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Togo, Zambie et Zimbabwe). 
Le sondage s'est donc limité à 25% des pays africains. Par ailleurs, il n'a pas pris en compte les zones rurales qui présentent certainement d'autres spécificités. 

Un fort sentiment identitaire et unitaire
L'afro-optimisme est florissant chez les jeunes Africains, qui sont optimistes quant à l'avenir de leur continent. 
Les valeurs incarnées par Nelson Mandela, une culture et une histoire communes, sont considérées comme le fondement de l'identité africaine… 
Les trois quarts pensent que les jeunes Africains partagent une identité commune et les deux tiers pensent que le continent doit s'unir pour relever ses défis, en faisant de l'Union africaine un vecteur d'unification, un vote de confiance dans la capacité de l'Afrique à résoudre ses problèmes par elle-même. 

L'importance et la maîtrise des nouvelles technologies de l’information
La majorité de ces jeunes considère leur connexion comme satisfaisante, notamment en Afrique de l'Est (78%) et en Afrique de l'Ouest (62%). 
Près de 70% en moyenne disposent d'un accès propre à Internet.
La plupart des jeunes interviewés (86%) possède un smartphone. Deux sur cinq y passent ainsi plus de quatre heures par jour. Au Sénégal et au Gabon, le mobile est le moyen le plus utilisé pour s'informer, les réseaux sociaux sont la première source d'information.

Leur réalisme et leur croyance en l'esprit d’entreprise
L'optimisme de ces jeunes Africains ne repose pas sur l'espoir, mais sur leur capacité à saisir les opportunités offertes par le monde moderne.
Pour l'écrasante majorité (81 %), l'avenir du continent sera façonné par la technologie, par l'esprit d'entreprise, qui apparaît comme leur plus grande aspiration. Si les jeunes africains envisagent avant toute chose de créer leur propre entreprise, ils reconnaissent que l'obstacle majeur à cette ambition est de trouver le capital de départ nécessaire…
Dans les secteurs les plus attrayant pour les futurs entrepreneurs, technologie et agriculture arrivent en deuxième position. Deux personnes interrogées sur trois ont déclaré avoir déjà une idée d'entreprise ou d'entreprise sociale qui bénéficiera à ceux qui vivent dans leur communauté. 


En savoir plus

 





Comments